Votre corps à l’heure d’été !

Les mois d’hiver, toujours difficiles, laissent des « traces »… Résultats, quand les beaux jours pointent le bout de leur nez, on se sent… lessivée, alourdie par l’hibernation, le stress, le manque de soleil…. Et si vous offriez à votre corps – et votre esprit – un petit nettoyage de printemps ? Pour cela, pensez aux plantes – aux multiples vertus – et piquez, au passage, les astuces de Céline et Mathilde !

Réveillez votre corps !

Pourquoi donc cette fatigue persistante alors que l’hiver s’en est allé et que les premiers rayons de soleil nous promettent déjà quelques beaux week-ends printaniers ? Le point sur cette baisse de régime, passagère mais légitime… et des conseils pour y remédier !

Un coup de pompe… mathématique !

Fatigue, humeur instable, irritabilité, sentiment de vulnérabilité… nous sommes nombreuses à connaître des petites baisses de régime à l’arrivée du printemps. Les explications sont multiples mais toutes mettent en cause les aléas de hiver. Sur la sellette : le manque de lumière et de soleil qui entraîne une certaine apathie.

En effet, c’est l’hypothalamus, dans notre cerveau, qui assure, via la production d’hormones, la régulation de notre corps. Or, quand la lumière est importante, cette glande sécrète une hormone destinée à nous tenir en éveil. Au contraire, quand la lumière est faible, elle produit de la mélatonine, une substance somnifère qui nous plonge dans cet état « végétatif ». Egalement en cause : le « cocooning hivernal » ! Nous nous sommes peu dépensées et la nourriture a été plus riche.

Ajoutons à cela les rhumes, angines, rhinites et autres maladies qui ont eu raison de nos derniers sursauts de vitalité ! Bref, nous avons accumulé, sans jamais les éliminer, les toxines. « Notre métabolisme vit au ralenti, il a du mal à chasser la surcharge toxique et se fatigue« , analyse Jeannine Faure, médecin généraliste. C’est presque mathématique !

Des remèdes naturels

Ne vous laissez pas abattre… mais régénérez votre corps ! Côté alimentation, mettez des fibres, des minéraux et des vitamines dans votre assiette en profitant de l’arrivée de produits frais et variés sur les étalages de votre marché : 5 fruits et légumes par jour recommandent les spécialistes ! La douceur du climat doit aussi vous faire sortir de vos pénates : c’est l’occasion de « bouger », de faire du sport, de la marche à pied. « La pratique du sport redonne de l’élan à votre coeur et à votre circulation« , explique Dr Faure. En plus, vous éliminez. Que du bonus ! Sans oublier de récupérer… par le sommeil : une nuit de sept ou huit heures s’avère bien souvent régénératrice. Et pour aider votre corps à éliminer toutes ses toxines, offrez-lui une petite cure de plantes dépuratives, pendant trois à six semaines…

Nettoyage de Printemps : les plantes qui marchent !

Pendant l’hibernation, notre corps a stocké un bon nombre de toxines. Pour aider votre organisme à les éliminer, les plantes peuvent s’avérer une excellente solution. Les conseils de notre expert…

Décrasser le foie

Pour résister à l’hiver, nous avons bien mangé… et nous nous sommes gentiment enveloppées. Notre foie a fonctionné à plein régime pendant quelques mois – c’est lui qui neutralise les substances toxiques de notre corps – et il a fini par s’encrasser. Avec le froid, notre sang, plus épais, a lui aussi favorisé le stockage des toxines.

Pour faciliter le « grand nettoyage de printemps », les plantes peuvent s’avérer une aide efficace. Le principe : stimuler les organes de la digestion pour éliminer.

« La prescription d’un traitement par les plantes dépend beaucoup de l’ampleur du problème , explique Jean-Pierre Raveneau, herboriste. Pour une cure dépurative, je suggère l’Orthosiphon et le pissenlit en feuille, aux effets diurétiques, l’aubier de tilleul, qui facilite les fonctions d’élimination rénale et digestive, ou le boldo, la plante du foie par excellence qui en active les fonctions« . Le cassis, le romarin (revitalisant de l’organisme) et le genévrier (nettoyage des reins et du système digestif) permettent aussi de drainer le foi et de lutter contre la cellulite.

Vous pouvez également vous concocter des « potions amincissantes » à base de thé vert, qui favorise la dépense d’énergie par l’organisme, ou de fucus, une algue brune qui, riche en oligo-éléments, en minéraux et en vitamines, exerce une action coupe-faim intéressante.

Gélules ou tisanes ?

Pour élaborer votre cure, le mieux est de faire confiance à votre pharmacien herboriste qui saura vous recommander les plantes adaptées à votre problématique. Vous pouvez cependant choisir la forme de votre « nettoyage de printemps ».

Classiques, les tisanes présentent l’avantage de constituer un bon apport hydrique : « Elles permettent de boire beaucoup et facilitent l’élimination« , constate Jean- Pierre Raveneau. Pratiques, les gélules, dont la partie active de la plante a été micro-broyée, ont l’avantage d’être plus concentrées en principes actifs. Avec les premières comme les secondes, la durée de la cure est d’environ trois semaines. « La cure est plus ou moins efficace en fonction du métabolisme de chacun, explique l’herboriste. Plus on est âgé et plus c’est difficile. Tout dépend ensuite de son hygiène de vie…« .

Il y a par ailleurs peu de contre-indications à l’emploi de cette médecine douce, utilisée à bon escient et sans excès…

Leurs astuces anti-déprime

Céline et Mathilde ont compris : chaque année, à la même période, c’est la déprime assurée ! Alors, désormais, elle prennent les devants : l’une se débarrasse de fille et mari pour s’adonner au grand nettoyage de printemps, l’autre s’octroie une retraite quasi méditative… Témoignages.

Céline, 38 ans, prof de musique, mariée, une petite fille de 4 ans

« Tous les ans, au mois d’avril, j’accuse une grosse baisse de régime. J’ai 2 ou 3 kilos de trop, le moral à zéro, je me sens vidée… J’ai vraiment envie de faire le ménage… dans tous les sens du terme. Alors, depuis 2 ans, j’ai trouvé la parade. Plutôt que de faire subir à ma petite famille ma mauvaise humeur, je leur demande de partir… pour un week-end.

A la grande joie de la belle-maman qui se retrouve en tête à tête avec son fiston et sa petite fille ! De mon côté, je fais le plein, dès le vendredi soir, de produits light (fromage blanc, bâtonnets de crudité prêts à consommer, jambon maigre…). Je m’achète aussi des crèmes de gommage, des masques pour le visage et les cheveux, des huiles parfumées… Le samedi est entièrement consacré à ma petite personne : nettoyage de peau, auto-massage, épilation à la cire, vernissage des ongles… je passe la journée en peignoir, une serviette sur la tête. Je bois des tisanes, feuillète des magazines.. sur fond de musique classique. Absolument proscrits : la télé, et le téléphone (débranchés) ! Le dimanche matin, je me sens déjà en super forme : le ménage peut alors se faire… dans mon armoire à vêtements ! Et je m’éclate. Je trie, je jette (sans état d’âme)… j’y passe la matinée et une bonne partie de la journée… et j’ai l’impression de me purifier !

Je troque ensuite mon jogging contre une jolie robe, je me maquille et me tiens prête à accueillir ma petite tribu qui me manque déjà ! On fête nos retrouvailles au resto. Voilà, c’est peu de chose mais après ça, j’ai l’impression d’avoir vraiment vécu pour moi, en égoïste… comme lorsque j’étais ado. Et ça me regonfle ! »

Mathilde, 30 ans, maquettiste, célibataire

« Je vis toujours très mal le retour des beaux jours : je ne me sens jamais « prête ». Les vacances sont loin, les précédentes (celles de Noël) comme les prochaines (août).

Alors, pour prendre mon mal en patience, je me prends 5 jours de « décrochage », seule, à Cadiz, au bord de la mer, en Andalousie. Je me rends toujours dans la même petite pension, située dans une ruelle calme du vieux centre ville, découverte lors d’un voyage en été il y a 5 ans. J’y ai ma chambre, très spartiate aux murs blanchis à la chaux et je suis accueillie comme une amie par la maîtresse de maison… J’emporte avec moi une valise de bouquins (ceux que je n’ai jamais le temps de lire pendant l’année) et je passe une semaine de rêve, entre mer, soleil et méditation.

Pour retrouver la ligne, je me lève tôt et je vais à la plage tous les matins : je nage, je plonge, je cours… Je me nourris quasi exclusivement de fruits et de poissons ( à profusion sur les marchés !). Pour l’esprit, je me balade dans les ruelles, je flâne aux terrasses, je regarde les gens vivre… Le soir surtout est magique : Cadiz est une ville pleine d’enfants qui, à la nuit tombée, envahissent les places… La langue espagnole -que j’adore !- ajoute aussi beaucoup à ce dépaysement « familier ». Bref, cette semaine « hors du temps » suscite toujours chez moi dix milliards de réflexions et quelques « bonnes » résolutions… que je tiens ! C’est à Cadiz que j’ai décidé, il y a 2 ans, de changer de boulot et l’année dernière, de quitter mon mec… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *