Phobie sociale et trouble de la personnalité évitante

Qu’est-ce que la phobie sociale?

Une peur persistante et intense d’une ou plusieurs situations sociales ou bien de situations de performance durant lesquelles le sujet est en contact avec des gens non familiers ou bien peut être exposé à l’éventuelle observation attentive d’autrui. Le sujet craint d’agir (ou de montrer des symptômes anxieux) de façon embarrassante ou humiliante.
L’exposition à la situation sociale redoutée provoque de façon quasi systématique une anxiété qui peut prendre la forme d’une Attaque de panique liée à la situation ou bien facilitée par la situation.
Le sujet reconnaît le caractère excessif ou irraisonné de la peur.
Les situations sociales ou de performance sont évitées ou vécues avec une anxiété et une détresse intenses.
L’évitement, l’anticipation anxieuse ou la souffrance dans la (les) situations(s) sociale(s) ou de performance redoutée(s) perturbent , de façon importante, les habitudes de l’individu, ses activités professionnelles (ou scolaires), ou bien ses activités sociales ou ses relations avec autrui, ou bien le fait d’avoir cette phobie s’accompagne d’un sentiment de souffrance important.
Pour les individus de moins de 18 ans, on ne porte le diagnostic que si la durée est d’au moins 6 mois.
La peur ou le comportement d’évitement n’est pas lié aux effets physiologiques directs d’une substance ni à une affection médicale et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental (p. ex. le trouble panique avec ou sans agoraphobie).
Si une affection médicale générale ou un autre trouble mental est présent, la peur décrite en 1 est indépendante de ces troubles; par exemple, le sujet ne redoute pas de bégayer, etc..
Les caractéristiques habituelles associées à la phobie sociale comprennent une hypersensibilité à la critique, à une évaluation négative ou au rejet, une faible estime de soi ou des sentiments d’infériorité. Les sujets ayant une phobie sociale craignent souvent une évaluation indirecte par les autres tel que de passer un examen.

Qu’est-ce que le trouble de personnalité évitante?

Il s’agit d’un mode général d’inhibition sociale, de sentiments de ne pas être à la hauteur et d’hypersensibilité au jugement négatif d’autrui qui apparaît au début de l’âge adulte et est présent dans des contextes divers, comme en témoignent au moins quatre des manifestations suivantes:

Le sujet évite les activités sociales professionnelles qui impliquent des contacts importants avec autrui par crainte d’être critiqué, désapprouvé ou rejeté

Réticence à s’impliquer avec autrui à moins d’être certain d’être aimé

Est réservé dans les relations intimes par crainte d’être exposé à la honte et au ridicule

Craint d’être critiqué ou rejeté dans les situations sociales

Est inhibé dans les situations interpersonnelles nouvelles à cause d’un sentiment de ne pas être à la hauteur

Se perçoit comme socialement incompétent, sans attrait ou inférieur aux autres

Est particulièrement réticent à prendre des risques personnels ou à s’engager dans de nouvelles activités par crainte d’éprouver de l’embarras

Types de personnalité évitante :

Il y aurait deux types de personnalité évitante (Lelord et André,  » Comment gérer les personnalités difficiles) :

  • Les grands anxieux qui arrivent à nouer des relations positives avec quelques personnes;
  • Ceux qui sont tout autant anxieux que susceptibles, qui ont de la difficulté à faire confiance aux autres et qui vivent dans une grande solitude.

Par ailleurs, Robison dans  » Disordered personailities  » parle lui aussi de 2 types d’évitants :

  1. Les grands anxieux (souvent a eu une enfance normale, les relations parents-enfants étaient saines), ces cas profitent bien des thérapies comportementales, de l’entraînement aux habiletés sociales et de la désensibilisation progressive;
  2. Ceux qui sont anxieux et susceptibles (souvent une enfance avec relations parents-enfants malsaines, jugement des parents, attentes trop élevées…), ces cas profitent mieux des thérapies analytiques.

Avant de parler de troubles de la personnalité il faut tout d’abord atteindre l’âge adulte. Il est en effet fréquent qu’à l’adolescence on traverse une phase se rapprochant de l’évitement. Ce n’est qu’après plusieurs années de vie adulte que le psychiatre peut poser un diagnostic.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.