Nouveau rebondissement dans l’affaire Jubillar : Les dernières analyses suggèrent que le téléphone portable de la victime…

Une analyse poussée du réseau de relais téléphoniques dans la zone ou habitait le couple indique que le téléphone de Delphine Jubillar n’a pas quitté la maison familiale la nuit de la disparition.

Ce mercredi 21 septembre, plusieurs de nos confrères dévoilent les conclusions d’une nouvelle expertise menée par les l’élite de la gendarmerie spécialisée en téléphonie. Et selon ces expert, le téléphone de Delphine Jubillar n’aurait pas quitté une zone couvrant uniquement les abords du domicile où résidait le couple. Cette affirmation est valable jusqu’à  l’extinction, le lendemain, à 7h48 du smartphone de la victime.

Les enquêteurs restent tout de même prudents quant à la fiabilité de cette nouvelle expertise.

Mystère de la dernière activation

Cet élément nouveau revêt un importance dans la mesure ou il remet en cause la version de Cédric Jubillar qui a toujours affirmé que sa femme avait quitté leur maison ce soir-là pour sortir les chiens, emportant avec elle son téléphone.

Le téléphone de l’infirmière, disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, à Cagnac-les-Mines (81), toujours introuvable, a été activé à six reprises de 0h07 à 6h52. C’est cette dernière activation qui intéresse les magistrats puisqu’à cette heure-là, Cédric Jubillar était à son domicile en présence des gendarmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.