Maladies du chien : Connaître et traiter la maladie de son chien

Abcès

1) Abcès chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Chez le chien, un abcès se présente généralement sous la forme d’une boule globuleuse rouge vif de la taille d’un oeuf de pigeon. Impressionnant de par sa couleur et son aspect, l’abcès se constitue en fait d’un amas de pus dans une partie du corps.

2) Abcès chez le chien : les symptômes

Aucun symptôme ne laisse présager d’un abcès chez le chien. Il convient au maître d’observer son chien pour détecter éventuellement ce type d’anomalie, notamment visible de par sa couleur rouge vif. Un abcès chez le chien peut être dû à la présence d’un corps étranger dans l’abcès (morceau de verre, par exemple), une piqûre d’insecte ou à une piqûre d’épine.

3) Comment traiter un abcès chez le chien ?

Dès la découverte d’un tel abcès chez le chien, il est prudent de se rendre le plus rapidement possible chez le vétérinaire. Celui-ci en extrait alors le pus, désinfecte la plaie, puis, procède à un bandage de la partie concernée. Il est nécessaire de renouveler la visite chez le vétérinaire pour faire contrôler l’évolution de la guérison. Le vétérinaire procède alors aux examens nécessaires, environ deux à trois fois, selon le cas.

Angine

1) L’angine chez le chien : de quoi s’agit-il ?

Que ce soit chez l’homme ou chez l’animal, tel que le chien, l’angine est une maladie infectieuse. L’angine désigne une infection. Il s’agit d’une infection d’origine bactérienne ou virale. Toutefois, les angines virales sont plus fréquentes que les angines bactériennes. Cette infection est localisée au niveau de la gorge, plus précisément des amygdales. Autrement dit, elle atteint l’oropharynx, la zone antérieure du pharynx. De par son origine, on peut donc distinguer plusieurs types d’angines, dont l’angine érythémateuse, pseudomembraneuse, ulcéreuse, vésiculeuse ou caséeuse.

2) L’angine chez le chien : quels sont les symptômes ?

Cette angine chez le chien se traduit par une inflammation des amygdales. Ces dernières prennent une couleur rougeâtre ou blanchâtre. Si un chien reste dans un courant d’air ou s’il a pris froid et qu’il a par la suite du mal à déglutir et que sa gorge est de ces couleurs, il a l’angine. Il arrive entre autres que l’animal tousse et qu’il ait de gros ganglions. Bref, il a une douleur aiguë au niveau de la gorge. Cette douleur s’accompagne souvent d’un rhume.

3) Comment soigner l’angine chez le chien ?

En termes d’angine canine, il existe des traitements variés. Les maîtres ont le choix d’emmener leur animal de compagnie, soit chez le vétérinaire soit chez le médecin. Piqûres et antibiotiques sont les principaux remèdes. Néanmoins, les méthodes naturelles restent une alternative. À l’aide du bio, il est possible d’y remédier par voie interne, mais également par un soin local. Certaines recettes sont à réaliser par soi-même, toutefois, il existe des produits bios déjà mis en vente. Il suffit d’appliquer ceux-ci sur la zone ou à pulvériser directement sur la gorge du chien. Pour le soigner, on peut entre autres mélanger des recettes biologiques dans son alimentation habituelle.

Asthme

1) L’Asthme chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

L’asthme est une maladie chez le chien. Il reste lié à des difficultés respiratoires. Affectant alors le système respiratoire de l’animal il est très handicapant. L’asthme, à proprement parlé est corrélé à un spasme trachéo-bronchique qui a pour conséquence une dyspnée.
Autrement dit,l’asthme atteint les muscles de l’arbre respiratoire.L’asthme a plusieurs degrès, si ce dernier fait suite à une maladie infectieuse aiguë ou bien encore chronique de l’appareil respiratoire, il ne sera pas associé à une infection primaire.

2) L’Asthme chez le chien : les symptômes

Les symptômes de l’asthme sont rapidement observables et restent révélateurs de l’affection. Ainsi, si vous constater que votre animal a une difficulté respiratoire, ou une respiration bruyante, des quintes de toux, c’est que l’affection est bien présente.
A noter aussi, que ses mêmes symptômes viennent après des efforts physiques de la bête, une promenade, après un temps de jeu …

3) Comment traiter l’Asthme chez le chien ?

L’asthme du chien doit être impérativement traité. Il existe divers traitements médicamenteux, ainsi les pilules doivent être données par voie orale. Ainsi, le vétérinaire administrera des antiasthmatiques associés à des bronchodilatateurs pour la plupart des affections comme celles-ci.

Allergie

1) Allergie chien : qu’est-ce que c’est ?

La majorité des Français disposent d’un chien. Par contre, les chiens rencontrent souvent des problèmes au niveau de la santé, parmi ces problèmes, il y a les allergies. Il existe différents types d’allergie chien. Mais ici, on va parler des allergies alimentaires des chiens. Lorsque votre chien mange un aliment que son corps n’arrive pas à tolérer, il va avoir des problèmes digestifs et c’est ce qui entraine l’allergie chien.

2) Allergie chien : les symptômes

L’allergie alimentaire peut être causée par l’absorption des aliments qui entrainent des problèmes digestifs comme le lactose ou d’autres aliments. Votre chien est atteint d’une allergie alimentaire, si vous trouvez l’apparition d’urticaire, d’œdème et de diarrhées.

Par ailleurs, les allergies alimentaires peuvent être causées par des affections gastro-intestinales ainsi que des affections cutanées qui entrainent la trouble digestive. Si votre chien présente ces signes, il faut de suite consulter votre vétérinaire car, il se peut qu’il ait une allergie alimentaire. Parmi eux, il y a la démangeaison intense, l’automutilation, l’inflammation cutanée chronique, la perte de poil, l’otite, le vomissement et la diarrhée.

3) Allergie chien : Comment traiter ?

Pour éviter les allergies alimentaires, il faut suivre des traitements qui priorisent l’emploi des corticoïdes. Ces derniers sont une solution diététique qui consiste à éviter tout contact avec l’allergène. Par ailleurs, si l’allergie est d’ordre alimentaire, les symptômes vont disparaître après 3 semaines à 1 mois. Ainsi, vous pouvez chercher les aliments qui provoquent l’allergie. Pour ce faire, vous devez faire une liste des aliments que votre chien a l’habitude de consommer.

Aoûtats

1) Aoûtats chez le chien : Où se logent-ils ?

Comme pour les personnes, les aoûtats se logent dans les herbes et bois l’été quand il fait très chaud. Ils ne sont pas bons pour nous bien sûr mais aussi pour nos bêtes préférées. Ces petites bestioles ne demandent qu’à venir voir vos animaux et très vite s’invitent dans leur fourrure. Votre chien va se gratter et parfois jusqu’au sang.

2) Aoûtats chez le chien : Les symptômes ?

Si vous n’êtes pas sûr de vous, vous montrez votre animal au vétérinaire. Si votre chien est trop infesté, il lui faudra des antibiotiques pour s’en remettre. Si vous vous y prenez à temps, un bon bain avec un antiparasitaire fera un bon début. Ensuite, il faudra le traiter avec soit une pipette, soit un spray. On y trouve aussi des traitement en poudre qui peuvent faire l’affaire si votre animal n’est pas trop atteint. Votre pharmacien vend aussi ces produits et saura bien sûr aussi vous conseiller.

3) Aoûtats chez le chien : Comment traiter ?

Pour que votre animal passe un bon été, il est indispensable d’avoir les bons produits que vous trouverez soit à la pharmacie, soit chez votre vétérinaire. Votre chien peut devenir très mal avec les aoûtats et sera irritable, voire agressif ou alors saura complètement amorphe car il ne pourra plus bouger. A moins d’habiter en ville ou de ne pas sortir de son appartement, les aoûtats sont aussi synonyme d’été et de chaleur.

Ne laissez en aucun cas votre chien se gratter. Les produits sont là pour son bien et si vous voyez qu’il ne se remonte pas, amenez-le chez le vétérinaire. C’est de cette façon qu’on peut dire aussi à son animal préféré qu’on l’aime en prenant bien soin de lui.

Arthrose

L’arthrose du chien est une maladie chronique qui touche l’articulation. Cette maladie associe une dégénérescence au niveau du cartilage et une inflammation articulaire. Elle est facilement reconnaissable par la réduction de mobilité du meilleur ami de l’homme. C’est une maladie assez courante car elle touche un chien sur cinq. On peut la rencontrer tant chez les animaux âgés que les chiens plus jeunes. Elle est d’autant plus aggravée par le surpoids. Cette maladie trouve son origine dans un déséquilibre entre les qualités du cartilage articulaire de l’animal et les contraintes que ce cartilage doit subir. Ce phénomène engendre un cercle vicieux qui dégrade petit à petit l’articulation pour une détérioration des conditions de vie du chien.

2) Arthrose chien : les symptômes

Le chien présente des symptômes liés à sa mobilité. Il a du mal à se relever, il peut même boiter. Lorsqu’on l’emmène se promener, il a moins d’entrain. Il ne peut plus courir pour monter ou descendre les escaliers. Il ne montre plus beaucoup de joie à jouer avec son propriétaire. Il veut toujours se coucher. Il a des raideurs après un effort, ne serait-ce que minime. Il peut arriver même qu’il grogne quand on le caresse. Des symptômes qui ne se veulent pas être exhaustifs…

3) Arthrose chien : Comment traiter ?

À ce jour, l’arthrose du chien ne se guérit pas. La dégradation articulaire causée par l’arthrose est à jamais irréversible. Cependant, il est possible de soulager la douleur et l’inflammation du chien. On peut aussi ralentir l’évolution de la maladie tout en améliorant le bien être de l’animal. Il ne faut pas hésiter à demander conseil auprès du vétérinaire qui aura le mot final sur le cas du chien.

Anémie

1) L’anémie chez le chien : Qu’est-ce que c’est ?

Le plus fidèle compagnon de l’homme, à savoir le chien, n’est pas à l’abri de dysfonctionnement au niveau de l’organisme. L’anémie constitue, en effet, une des affections pouvant mettre en péril sa santé. C’est une maladie grave entraînant la destruction des globules rouges du sang.

Elle peut être due à de nombreux facteurs tels que la présence sur le corps de l’animal de parasites suceuses de sang, la prise de certains types de médicaments, le cancer, les transfusions sanguines, une alimentation pauvre en fer, etc. Une production basse de globules rouges prive le corps du canidé d’un apport suffisant en oxygène. Les conséquences peuvent être mortelles.

2) L’anémie chez le chien : Les symptômes

Les symptômes d’une anémie sont visibles chez le chien. L’animal mange très peu et vomit fréquemment. Il manque alors d’énergie. Son rythme cardiaque est anormalement élevé, son urine prend une coloration foncée, et ses muqueuses deviennent pâles. La visite chez le vétérinaire s’impose donc pour déterminer avec précision l’ampleur du mal et l’enrayer au plus vite.

3) L’anémie chez le chien : Comment traiter ?

Comme cela a été dit plus haut, l’anémie peut avoir diverses origines. Il faut donc tenter de découvrir l’origine du mal pour administrer un traitement efficace. Si l’anémie est provoquée par des vers ou des parasites, le traitement doit prendre en compte leur éradication. Dans le cas où des médicaments seraient à l’origine de l’anémie, c’est faire preuve de bon sens que d’en suspendre leur utilisation pour les échanger contre d’autres types de médicament. On pourrait aussi, dans certains cas, avoir recours à une thérapie immunosuppressive pour freiner la destruction des globules rouges, à la fluidothérapie ou à une transfusion de concentré de globules rouges.

Avortement

1) L’avortement chez la chienne : qu’est-ce que c’est ?

Vous soupçonnez que votre chienne ait été saillie et vous ne désirez pas que cette gestation arrive à terme, une solution médicale est possible seulement encadrée par un vétérinaire.
L’avortement reste une intervention volontaire de gestation, soit parce que le mâle avait un gabarit démesuré comparez à votre chienne, soit parce que les races sont incompatibles, soit parce simplement le moment n’est pas propice à accueillir des chiots.
Sachez que l’ovulation chez les chiennes a lieu entre le 9 ème et le 11 ème jours des chaleurs.
L’avortement est un acte médical très bien géré à l’heure actuelle par les vétérinaires.

2) L’avortement chez la chienne : suivi médical

Divers protocoles médicaux existent, mais le plus souvent, les professionnels optent pour deux injections sous-cutanées d’un produit se nommant l’aglépristone à 24 heures d’intervalle.Sachez que les vétérinaires ne gardent généralement pas l’animal entre ses deux injections.Avec ce protocole, l’avortement peut être fait jusqu’au 45 ème jour de gestation de la chienne. Toutefois, plus la gestation sera stoppée tôt, moins votre animal sera traumatisé
Cet acte vétérinaire a un coût, le poids de votre animal sera corrélé au tarif appliqué
L’avortement pour les gros chiens peut atteindre de gros frais.

3) L’avortement chez la chienne :Risques

Ce type d’acte médical peut avoir des conséquences. Effectivement, l’avortement peut favoriser à l’avenir le développement de métropathies , autrement dit, des affections de l’utérus de votre chienne. De plus des risques restent présents si l’expulsion des fœtus n’est pas complète.

Ainsi, si vous désirez pas accueillir des chiots, faites stériliser votre chienne. L’intervention est simple et maîtrisée par tous les vétérinaires, il s’agit de retirer l’utérus et les ovaires de la chienne.
Si vous désirez des chiots mais pas dans l’immédiat, une seule technique est restante, celle d’enfermer votre animal pendant toute la période de chaleur !

Amygdalite

1) Amygdalite chez le chien : Qu’est-ce que c’est ?

En effet, les chiens possèdent également des amygdales tout comme les humains. L’amygdalite est une infection de ces deux ganglions lymphatiques situés au niveau de la gorge du chien. Les amygdales protègent l’organisme contre les attaques virales et bactériennes, en produisant des anticorps. Cependant, elles-mêmes peuvent être également sujettes à une infection. Celle-ci peut être provoquée par des virus, des bactéries ou encore des facteurs traumatiques.

2) Amygdalite chez le chien : Les symptômes

Il existe de nombreux symptômes pour savoir si un chien est atteint d’amygdalite. Tout d’abord, ses amygdales gonflent et deviennent très proche de la muqueuse de la gorge. Ce gonflement peut être accompagné d’un saignement dans certains cas. Mais, il est rare de remarquer ce fait sans une intervention vétérinaire. Très souvent, la toux excessive, la fièvre, l’anorexie, le vomissement répété, le problème de déglutition et la léthargie sont signes de l’amygdalite chez le chien.

3) Comment traiter une amygdalite chez le chien ?

Les chiens sont atteints dans la plupart du temps d’une amygdalite aigüe. Celle-ci peut se traiter par des produits anti-bactériens et anti-inflammatoires, à acheter chez votre vétérinaire ou à préparer soi-même. Il n’y a rien de mieux que les soins naturels pour le bien-être de son chien. Ainsi, on propose la préparation d’un spray propolis.

Celui-ci est reconnu pour ses vertus antiseptiques et antifongiques. Une cuillerée à soupe de teinture de propolis est à mélanger avec trois cuillerées à soupe d’eau minérale et une goutte d’huile essentielle de menthe poivrée. Celle-ci a une vertu anti-inflammatoire, rafraîchissante et digestive. Le tout est à mélanger dans un flacon spray pour le pulvériser trois fois au fond de la gorge du chien, environ deux fois par jour.

Boitement

1) Boitement chez le chien : qu’est-ce que c’est ?Le boitement peut être défini comme une incapacité ou un handicap nuisant aux déplacements du chien. Les anomalies du squelette en sont les causes : membre antérieur ou postérieurs non coordonnés, assise asymétriques, mouvement de balancier… restent révélateurs d’un boitement. Cette affection peut être remarquée par les propriétaires dans le cadre du lever et coucher du chien, ou bien dans l’ascension des escaliers, lorsque l’animal court, marche ou trotte ou monte dans la voiture.
Il existe deux types de boiteries : les boiteries intermittentes ou constantes, ces dernières peuvent également être sévères, modérées ou bien légère.

2) Boitement chez le chien : suivi médical

Tout boitement doit être analysé par un vétérinaire, puisque si cette affection n’est pas soignée, votre animal sera restreint toute sa vie d’activité physique.
Si vous faites analyser votre bête par un vétérinaire, ce dernier vous proposera : une prise de sang, ainsi que des examens complémentaires tels que radio, scanner, voire IRM. Un boitement ne doit pas être pris à la légère et peut rester une séquelle toute la vie du chien. Tous les professionnels s’accordent sur le fait que dans ce cas d’affection, l’automédication reste à proscrire en vue d’un traitement adapté et spécifique aux troubles.

3) Boitement chez le chien : Risques

Certains boitements pas soignés ou pris trop tard peuvent amener l’animal jusqu’à une opération chirurgicale. Certaines bêtes pas soignées en temps et en heure peuvent se voir diminuer jusqu’à une immobilisation totale (paralysie notamment). Nulle maladie de chien n’est donc à minimiser, certains risques resteront toujours présents.

Brûlure

1) Brûlure chez le chien : de quoi s’agit-il ?

La brûlure chez le chien n’est pas minime puisque son pelage joue un rôle important, c’est sa protection, une brûlure le détruit et ne doit donc pas être minimisée. Cette affection engendrera des séquelles plus ou moins grave suivant 3 champs : la cause en premier temps, puis, en second temps l’étendue et enfin la localisation. Afin d’éviter des erreurs, une consultation vétérinaire s’impose.
Quelques gestes de premiers secours doivent être effectués : Refroidissez de suite la zone affectée, rassurez votre chien pour éviter l’état de panique, ensuite après séché la peau, passez de la biafine généreusement. Avant la consultation, protégez la plaie d’un pansement propre, sans serrer la zone.

2) Brûlure chez le chien : quels symptômes ?

La brûlure chez le chien peut se manifester aux différents stades. Effectivement des cloques peuvent apparaître. Aussi, une couleur noire sur l’affection peut également faire son apparition. Enfin cette dernière peut apparaître comme insensible ou bien encore cartonnée. Les types de troubles relèvent de brûlure au deuxième ou au troisième degré.
Évitez de passer beurre ou huile sur la zone atteinte, ne surtout pas passer de glace ou glaçons sur la plaie

3) Brûlure chez le chien : comment soigner ?

La brûlure chez le chien doit être pris en charge au plus vite, notamment si elle atteint la tête, les coussinets, les orifices, les genoux ou enfin les aisselles. Toutes ses parties du corps canin doivent être protégées. Ainsi, après une consultation, le vétérinaire, d’après le degré de brûlure injectera en premier temps un antidouleur à votre boule de poil. Ensuite il prescrira des pommades ou crèmes à administrer par vos soins quotidiennement. Il conseillera, en période de trouble de garder son animal dans un environnement sain et propre afin de ne pas infecter la plaie. Certains chiens, en cas de graves brûlures doivent être opérés.

Blessure

1) Blessure chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Il existe plusieurs situations qui peuvent être la causes de blessure chez le chien. Effectivement, bagarre, un élément dans la nature que croisera votre bête ( barbelé par exemple) … Certaines blessures peuvent être bénines et superficielle, mais d’autres plus graves, dans le doute, une consultation vétérinaire doit être réalisée. Les premiers soins, doivent être réalisés par vous même.
Certaine plaie en apparence superficielle peuvent présenter des risques graves d’infection. Il reste évident qu’il ne faille pas minimiser une blessure et que vous devez suivre son évolution. Il est de votre ressort de vérifier quotidiennement le pelage de votre animal. Inspecter votre chien est une mesure de prévention efficace contre la surinfection d’une blessure.

2) Blessure chez le chien : suivi médical

Une blessure doit être absolument désinfectée, superficielle ou profonde, cet acte est impératif. Pour les plus profondes, le vétérinaire administreront des antibiotiques soit par voix orale soit par injection afin que la blessure ne dégénère pas. Le suivi médical, hormis les soins et les médicaments, est impératif pour suivre l’évolution de cette plaie.
Si vous voulez , avant la visite au vétérinaire, vous pouvez déjà désinfecter et bander la blessure et vous assurez que votre chien n’enlève pas le pansement, la collerette, en vente chez les vétérinaires ou en pharmacie peut être efficace dans ce type de manœuvre. Aussi, un nettoyage quotidien de la plaie doit être effectué jusqu’à la disparition de la plaie.
Sachez aussi, qu’une blessure peut altérer le comportement du chien : agressivité, manque d’appétit, sont des signes qui doivent vous alerter et vous devez absolument consulter un professionnel de santé canine.

3) Blessure chez le chien :Risques

Le risque le plus fréquent est l’hémorragie ; dans le cadre d’une plaie profonde. L’hémorragie peut être externe ou interne, ainsi, dans le cas d’une grosse blessure, vous devez consulter. Si vous constatez une hémorragie externe, compressez l’endroit de la plaie qui saigne abondamment, et ne lâchez pas le point de compression, ceci peut sauver votre chien.

Bronchite

1) Bronchite chez le chien : de quoi s’agit-il ?

La bronchite chez le chien est une maladie qui peut être grave. Cette dernière se manifeste par une inflammation aiguë ou chronique des bronches. Son origine reste soit bactérienne, soit virale ou physique.
Soit l’affection est une inflammation permanente ou bien récidivante des bronches.
Les bronchites chroniques peuvent être définies de la sorte lorsque les symptômes durent plus de une semaine, cette affection reste alors une conséquence d’un microbe.

2) Bronchite chez le chien : quels symptômes ?

La bronchite chez le chien est une maladie qui provoque un malaise général. Vous verrez dans ce cas votre chien atteint de problèmes respiratoires amenant la bête à tousser. Cependant voire chien sera aussi diminué dans le cadre de l’affection : perte d’appétit, abattement, évitement de l’activité physique…Une consultation chez un vétérinaire s’imposera, ce trouble peut amener votre boule de poil à la mort.

3) Bronchite chez le chien : comment soigner ?

La bronchite chez le chien est une maladie qui après diagnostique entraîne un traitement médicamenteux. Effectivement, les professionnels des animaux administrent pour traiter ceci des antibiotiques. Mais aussi, des fluidifiants de sécrétions pour que la toux passent associés généralement à des sulfamides. Tous les vétérinaires restent contre l’automédication dans ce type de troubles.

Carie

1) Carie chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

La carie peut atteindre toutes les dents de vos chiens : molaires, incisives, canines … Elle attaque l’émail des dents, en creusant ces dernières. Elle peut altérer les nerfs, l’os de la mâchoire … si elle n’est pas soignée. Jeunes chiens ou vieux chiens, elle atteint tous les âges sans exception et ne cesse d’évoluer si elle n’est pas soignée. La santé buccale des canins reste alors à préserver.
Molaires, prémolaires et canines restent les dents les plus touchées.

2) Carie chez le chien : suivi médical

Toutes les caries doivent être traitées, ces dernières résultent de l’affectation de la plaque dentaire due à la salive, sel, aliments et bactéries se développant peu à peu.
Tout comme chez les humains, elle doit être stoppée (plombage ou extraction de la dent atteinte). Cependant tous les vétérinaires restent unanimes sur la prévention et la protection buccale de votre bête. Détartrage doit être envisagé une fois par an. Brossage des dents doit être effectué régulièrement, soit avec une brosse à dent, soit par le biais de bâtonnets spécifiques en vente dans le commerce. Le sucre reste à bannir de l’alimentation de vos chiens. Les croquettes doivent restées l’alimentation de base, celle la plus seine.

3) Carie chez le chien : Risques

Le risque à craindre dans cette affection reste que la carie provoque ce que nous nommons : « une pulpite », très douloureuse, cette inflammation de la pulpe dentaire peut entamer complètement la couronne dentaire du chien. Le mal de dent humain est équivalent à un mal de dent canin. Avec une intense douleur, votre chien peut devenir agressif. Une carie peut également provoquer un abcès, tout comme chez les humains. Mieux vaut prévenir que guérir et éviter la surinfection.

Chute de poils

1) Chute de poils chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

La chute de poils peut paraître banale chez le chien. Vêtements, sols, fauteuils en pâtissent. La cause peut paraître normale : arrivée de l’été (mue). Cependant, quelque fois la perte de poils n’est pas bénigne. Perte de poils généralisée, perte de poils localisée, perte de poils associée à une peau nue … restent autant d’éléments qui doivent attirer votre attention. Vous devez y être attentif et réactif. Au moindre doute, consultez votre vétérinaire.

2) Chute de poils chez le chien : causes

Toutes les chutes de poils anormales (soit autre qu’une simple mue) peuvent être associées à plusieurs causes :
- Allergie alimentaire
- Allergie parasitaire
- Troubles du comportement (angoisse, stress …)
- D’origine médicamenteuse (d’où la méfiance des professionnels de l’automédication)
- Maladies rares (toutes d’origine immunologiques)
Les chutes de poils peuvent être des conséquences de démangeaisons, de léchages intempestifs, d’irritation cutanée …

3) Chute de poils chez le chien : ou commence l’affection

Les chutes de poils peuvent être régulières, si vous êtes dans ce cas, il s’agit d’une simple mue, cependant si vous constatez une augmentation significative de la chute de poils ceci reste anormal. Les signes de grattage, d’éruption cutanée, d’augmentation de la soif, de boutons, de baisse d’activités physique, d’abattement, de modifications comportementales …ne sont pas normaux et c’est le début d’une affection.
Beaucoup de parasites provoquent chez les chiens des allergies, seule une prévention est efficace. Des traitements plus lourds existent si le trouble est ancré mais soyez raisonnable et pratiquez une fois par mois l’application de pipette, poudre … limitant ainsi les risques de troubles.

Constipation

1) Constipation chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

La constipation reste fréquente chez les chiens et nullement à banaliser. Cette affection est définie comme un problème d’évacuation de selles, pouvant être très douloureuse pour l’animal. Ses symptômes restent divers et donc différents diagnostics peuvent être posés. Par conséquent, différents traitements traitent ce trouble.

2) Constipation chez le chien : diagnostique

Toute constipation doit être examinée par un spécialiste, certains cas peuvent mériter des examens complémentaires.
Ainsi, radio, échographie peuvent être fait. Votre chien n’arrive pas à déféquer, il ne mange plus ou peu, il est amorphe, il ne joue plus, refuse d’aller se promener, il pleure lorsqu’il souhaite déféquer … Toutes ses énumérations sont des symptômes de la constipation, ils doivent vous alerter rapidement.
Différentes causes en sont responsables :
- Une mauvaise alimentation
- Opacité du côlon
- Lésions de la paroi colique
- Polypes …

3) Constipation chez le chien : traitement

Les vétérinaires poseront alors un diagnostic étiologique puis prescriront un traitement pour éliminer le blocage du côlon et pour les selles soient évacuées. Des lavements, peuvent être effectués (avec une anesthésie générale). Des traitements oraux peuvent être également prescrits (huile de paraffine par exemple).

Coussinets abîmés

1) Coussinets abîmés chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Le coussinet s’apparente à une semelle de chaussures. C’est l’effet d’amortissement qui reste favorable dans les déplacements des chiens. Ces coussinets demeurent être une couche cornée sous les pattes, plus le chien se déplace, plus la cornée s’épaissie. Ils sont 5 à chacune des pattes : un central, plus gros et quatre plus petits. C’est à cet endroit que vous pouvez observer votre chien sué, en cas de fièvre, vous pouvez sentir les coussinets humides. Les coussinets sont composés de glandes, les glandes sudoripares qui permettent à l’animal de réguler la chaleur de son corps.

2) Coussinets abîmés chez le chien : symptômes

Toutes coupures, brûlures, blessures, soucis dermatos peuvent attaquer les coussinets et les rendre alors abîmés. Le dessous des pattes des chiens subissent parfois des traumas. Nos petits vagabonds les font parfois souffrir. Les affections doivent impérativement être soigné afin d’éviter les surinfections. Dès que vous voyez un coussinet abîmé, mâché, coupé, une visite au vétérinaire s’impose.

3) Coussinets abîmés chez le chien : traitement

Un coussinet abîmé est très douloureux pour le chien. La plaie déterminera la gravité de l’affection. Le vétérinaire désinfectera profondément cette plaie et mettra en place un traitement qui évitera la surinfection. Si le coussinet est arraché, des points de sutures peuvent être nécessaire, seul le vétérinaire sera en mesure d’en juger.

Castration

1) Castration chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

La castration chez le chien reste une intervention chirurgicale fort rependue. Cependant, beaucoup de personne refuse la castration par souci du bien être de leur bête. Or cette idée reçue reste entièrement fausse. La castration canine n’enlève aucune hormone à votre animal.
Les vétérinaires conseillent la castration du chien aux alentours des 6 à 8 mois (pour les petits chiens) et aux alentours des 10 à 12 mois (pour les grands chiens).
Malgré la castration, votre chien, avec la présence d’une femelle n’aura pas un comportement altéré et le chien sera par instinct toujours attirée par la chienne, ainsi, l’équilibre biologique de la bête est maintenue. Cependant, sans castration, la situation peut devenir beaucoup plus ennuyante pour les propriétaires. En période de chaleur, les chiens non castrés sont fugueurs, surexcités…Seuls certains traitements hormonaux peuvent calmer l’animal.

2) Castration chez le chien : suivi médical

Toute castration reste alors bénéfique, l’intervention chirurgicale est courte et l’animal dès le lendemain retrouve son tonus. Quelques points seront à ôter après quelques semaines.
Les personnes pensent souvent que castration rime avec arrêt de croissance, ceci reste encore une idée reçue. De plus la castration permet même parfois de maintenir ou plutôt de prolonger son animal dans sa puberté. Cependant, il est à noter qu’une castration peu augmenter le poids du chien, simplement, soyez vigilent sur l’alimentation de votre boule de poils et maintenez une activité physique régulière.

3) Non Castration chez le chien : Risques

L’augmentation de risques se situe dans la « non castration ». Effectivement certains troubles du développement physique peuvent arriver. Dans le cadre d’une non castration, des problèmes de prostate ou encore de testicules apparaissent. Cancer des testicules restent courants et graves. Il apparaît aussi de l’hypertrophie de la prostate

Coccidiose

1) Coccidiose chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

La coccidiose est provoquée par des parasites. Ce sont des vers qui se logent dans l’intestin des chiens. Ils font partie des protistes coccodie. Cependant ces parasites peuvent être transmis à l’homme dans un cas, si des cryptosporidium sont présents. Ces parasites sont présents dans les selles des animaux. Les chiots sont très souvent atteints et la transmission peut être fréquente. Le stress aussi est une cause de l’atteinte de cette forme de parasite.

2) Coccidiose chez le chien : symptômes

Divers symptômes peuvent vous alerter, à l’observation de ses derniers, une consultation vétérinaire s’impose :
- Déshydratation
- Diarrhée (elle peut contenir du sang)
- Anémie
- Troubles nerveux
- Vomissements
- Palpitations
- Altération du comportement

3) Coccidiose chez le chien : traitement

La coccidiose est traitable par des antiparasitaires contenant de la sulfadimethoxine en association avec de la trimethoprime_sulfadiazine.Ce traitement ne tue pas les parasites mais permet à l’animal d’éviter la propagation et de les éliminer de leur tube digestif. Ces parasites sont longs à faire complétement disparaitre. Le traitement dure en moyenne 5 à 7 jours.

Convulsion

1) Convulsion chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Le chien, tout comme nous les hommes, peuvent être affectés par des convulsions. Les situations ou le chien convulse peuvent être choquante, puisqu’elles sont caractérisées par des crises ou le chien n’est plus reconnaissable. Les convulsions restent une manifestation perturbée du système neurologique qui a des conséquences sur le système moteur.
Ce type d’affection reste malheureusement plus courantes que nous pensons et reste une manifestation associée à plusieurs troubles : cardiaques par exemple.

2) Convulsion chez le chien : symptômes

Toutes les crises doivent être rapidement analysées par un vétérinaire, le plus rapidement possible. Les symptômes des convulsions sont : Activité motrice perturbée, mouvements complétement incontrôlés par l’animal, tremblement, émission d’urine, perte partielle ou totale de conscience, incapacité à se lever, corps raidi …
Tous ses signes doivent vous alerter. La souffrance cérébrale de l’animal reste très intense et doivent être absolument maîtrisée par un traitement.

3) Convulsion chez le chien : traitement

La cause la plus répandue reste liée à l’épilepsie. Beaucoup de chien en souffre. Les crises de convulsions sont variables, elles peuvent durer quelques minutes voire des heures. L’arrêt de ses crises se fait seul, ces dernières sont caractérisées par des mouvements de pattes, type pédalage corrélés à un raidissement par moment. Ainsi, ceci signifie, qu’une zone du cerveau est en dysfonctionnement. Les traitements contre l’épilepsie existent mais et restent à donner à vie.

Crise d’éclampsie

1) Crise d’éclampsie chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Le chien et notamment les chienne peuvent souffrir d’éclampsie. La chienne en lactation, peut être sujette à des convulsions aiguës. Ce trouble à pour cause une absence de calcium dans son sang.
Les périodes ou le trouble apparaît restent à semblables à celle des humains, soit : en fin de gestation ou bien après avoir mis bas. La crise d’éclampsie est grave et doit être soignée très vite. Une consultation d’urgence doit être faite.

2) Crise d’éclampsie chez le chien : symptômes

Les crises d’éclampsie varient d’un animal à un autre mais les symptômes peuvent s’apparenter à :
- Une agitation certaine
- Une perte d’équilibre
- Des troubles de la respiration
- Anxiété avec des gémissements
- Une salivation anormale
- Hyperthermie
- Effets de tachycardie

3) Crise d’éclampsie chez le chien : traitement

Une crise de ce type doit être traitée rapidement. Le vétérinaire stabilisera le calcium à l’aide d’une intraveineuse. Le professionnel placera la chienne sous monitoring si elle est en gestation pour pouvoir vérifier la vie des futurs chiots. Si les chiots ne supportent pas les troubles, il sera obligatoire d’effectuer une césarienne.
Dans certains cas, l’éclampsie peut mener l’animal jusqu’au coma, ainsi, votre chienne dans ce cas sera placé en soins intensifs.

Calcul urinaire

1) Calcul urinaire chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Les calculs urinaires chez le chien sont autrement nommés lithiases urinaires. Ces troubles sont fréquents et atteignent autant les mâles que les femelles. L’affection endommage vessie et reins et les calculs se localisent dans la vessie. Ces derniers forment ce que nous appelons des cristaux. Dans ce domaine, deux formes de calcul urinaire demeurent : Les calculs de struvite et les calculs d’oxalate de calcium.

2) Calcul urinaire chez le chien : symptômes

Tous les calculs urinaires sont à soigner. Effectivement, vessie, reins mais aussi urètre peuvent être atteints. Les symptômes varient en fonction de la localisation. Différentes formes de douleurs peuvent être contestées dans ce type de trouble :
- Urine avec du sang
- Arrêt d’uriner
- Couinement pendant que l’animal urine
- Le chien cherche à uriner souvent mais n’y arrive pas
- Malpropreté
- Animal abattue, ne sortant plus …
Tous les symptômes doivent vous alerter rapidement et vous devez réagir vite. Effectivement, dans ce type d’affection, la vessie se bloque et peut par conséquent éclater. Dans ce cas, il reste à noter que les signes d’insuffisance rénale doivent faire l’objet d’une urgence vétérinaire.

3) Calcul urinaire chez le chien : comment soigner

Les vétérinaires sont unanimes et pensent qu’une description détaillée des symptômes reste importante pour établir un diagnostic. Les professionnels pendant la consultation palperont la vessie du chien, et feront faire des analyses d’urine à la bête pour observer la présence de « sable » dans les urines mais aussi révéler le taux « d’urée » et de « créatinine » dans le sang. Echographie et radio peuvent également montrer les calculs mais notamment révéler l’emplacement exact des calculs

Cataracte

1) Cataracte chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Le chien est tout comme nous humain, sujet aux problèmes de cataracte. La cataracte reste vite détectable par les propriétaires puisqu’elle se manifeste par une opacité du cristallin détectable à l’œil nu. Vous verrez ainsi, des reflets blancs, voire bleu dans l’œil de l’animal. A noter cependant qu’une cataracte de chien si elle n’est pas soignée peut rendre votre chien complètement aveugle. L’affection reste fréquente

2) Cataracte chez le chien : causes

Tous les chiens peuvent être atteints de cette affection, les causes sont diverses. La cause peut être simplement génétique. Si vous achetez votre animal dans un élevage, demandez l’historique santé des parents du chiot. Certaines races de chiens sont particulièrement touchée par ce troubles : labrador, caniche ou bien encore épagneul breton et enfin beagle sont souvent touchés).La cataracte peut être dû à l’âge de l’animal (l’âge de 8 ans notamment). Des causes congénitales sont aussi responsables. Les causes peuvent aussi être présentent à cause d’un diabète et enfin d’une inflammation intraoculaire.

3) Cataracte chez le chien : Traitements

Le seul traitement efficace à ce jour reste l’opération, tout comme chez les humains. Il existe néanmoins des traitements permettant du minimiser le vieillissement du cristallin (sous forme médicamenteuse), mais ses derniers sont que très rarement prescrits puisqu’ils ne sont pas reconnus comme fort efficace.
Seule une consultation au vétérinaire vous permettra de connaitre l’état d’avancement du trouble, ainsi, ne minimisez pas les risques encourus.

Colique

1) Colique chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

La colique fait partie des affections les plus courantes chez nos boules de poils. Nous distinguons deux types de coliques :
- Les coliques aiguës
- Les coliques chroniques
Cette affection doit être absolument traitée puisqu’elle reste une entrave à la santé de votre chien. Les chiots ou les chiens de petite taille sont les plus touchés.

2) Colique chez le chien : symptômes

Toute colique est différente, certaines contiendront du sang, d’autres du mucus. Certaines peuvent être associées à des vomissements. Dans le cas d’une colique chronique, des vomissements sont associés. Par conséquent, le chien aura tendance à se sou alimenter voire à arrêter complètement de manger. Atteint de colique certains chien peuvent perdre leur poids, ceci reste très préoccupant puisque cela engendre que le corps n’accepte plus l’alimentation nécessaire au métabolisme du chien.

3) Colique chez le chien : Risques

Une colique peut engendrée la mort d’un chien et notamment des chiots. Des traitements spécifiques au type de colique existent et restent efficaces rapidement. Les causes des coliques sont difficilement repérables et peuvent être particulières à chaque chien. La colique est une inflammation du colon, l’inflammation peut être plus ou moins importante

Coprophagie

1) Coprophagie chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

La coprophagie est un comportement du chien et donc une maladie pathologique. Effectivement dans ce type d’affection le chien aura un comportement altéré et vous le verrez ingérer ses propres excréments. Ce type de comportement doit absolument faire l’objet d’une consultation chez un vétérinaire.

2) Coprophagie chez le chien : causes

Tout comportement de ce type doit donc faire l’objet d’une visite puisque ce type de dysfonctionnement comportemental reste souvent corrélé à des parasites qui ont provoqués un dysfonctionnement digestif au chien. Ce dernier, carencé, ingèrera alors ses excréments. Ce sont des parasites, donc, des vers plus exactement qui sont responsables de cette affection.
Les causes :
- Troubles digestifs
- Carences en vitamines
- Troubles du comportement

3) Coprophagie chez le chien : traitement

Les vers doivent alors disparaître. Ainsi, un traitement antiparasitaire devra être donné. Les troubles du comportement de ce type peuvent également être liés au stress, la dépression, l’anxiété, l’ennui, le syndrome du HSHA… Tous les troubles énumérés ici, devront faire l’objet d’une visite chez un vétérinaire comportementaliste.

Cryptorchidie

1) Cryptorchidie chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

La cryptorchidie est une anomalie congénitale chez le chien. Une ou deux testicules n’est donc pas descendues dans les bourses. L’affection est grave et a une conséquence fatale : la stérilité. Le plus grave dans cette anomalie, c’est que le trouble peut malheureusement évoluer en tumeurs ou encore en torsions des testicules ectopiques.

2) Cryptorchidie chez le chien : symptômes

Tous les chiens peuvent en être sujets. A vous propriétaire d’observer l’évolution des testicules de votre animal. A l’âge de 10 jours, les testicules doivent descendre dans les bourses, il reste quelque peu difficile à cet âge d’observer vraiment ce phénomène. Cependant, au 3 mois de l’animal vous devez pouvoir tâter les testicules. Si vous avez des doutes, le vétérinaire pourra faire un bilan. Si aux alentours des 4 mois de l’animal, les testicules ne sont toujours pas présents, c’est que le chien est victime du trouble « cryptorchidie ».
L’anomalie est bien souvent héréditaire.

3) Cryptorchidie chez le chien : traitement

Le seul traitement efficace reste la stérilisation du chien afin de mettre fin aux éventuelles tumeurs à venir. Certains médicaments existe et permettent d’aider les testicules à descendre mais n’évitent pas les évolutions néfastes et quelque peu fatales.
Les chiens atteints de l’affection peuvent avoir un comportement altéré : agressivité, libido démesurée. Seule la visite et le diagnostic d’un vétérinaire permettra de faire un bilan sur le trouble.

Cancer

1) Cancer chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Les chiens sont comme les humains peuvent être atteints de cancer, à tous les âges et quel que soit leur sexe. Le développement des tumeurs n’est donc pas rare, cependant le cancer reste difficilement soignable chez le chien, contrairement aux humains. Ainsi, observer et tâter son chien régulièrement reste primordial afin de détecter au plus vite des éventuelles grosseurs. Plus le cancer sera vite constaté, plus les traitements seront efficaces.
Une tumeur est maligne dans le cadre d’un cancer, cette grosseur reste le résultat d’un développement totalement anarchique et donc incontrôlé de cellules. Elles montrent un sérieux dysfonctionnement du métabolisme du chien.

2) Cancer chez le chien : symptômes

Toutes les grosseurs restent à monter, toutes les grosseurs ne sont pas malignes. Il peut effectivement s’agir d’un kyste ou encore de tumeur bénigne. Cependant ces deux derniers troubles doivent être également traités. Ces derniers resteront localisés et ne seront pas sujet aux métastases, soit au développement d’un réseau d’autres tumeurs.
Les chiens souffrent souvent de cancer des testicules et les chiennes sont souvent atteintes de cancer aux mamelles. Les symptômes restent peu équivoque et c’est à vous propriétaire de palper régulièrement l’animal avant qu’il ne soit trop tard. Les cancers de la bouche sont aussi fréquents, vous verrez dans ce cas votre chien moins s’alimenter à cause de la gêne occasionnée par les grosseurs dans la cavité buccale et sa mauvaise haleine.

3) Cancer chez le chien : traitement

Analyse sanguine et radio restent des outils de taille pour les vétérinaires afin de mettre en place un traitement efficace. Les tumeurs doivent être localisées, mesurées en vue d’une opération chirurgicale, il faut les enlever obligatoirement de l’organisme du chien afin d’éviter les métastases.
Tout comme les humains, les chiens subiront chimiothérapie et radiothérapie. A noter cependant qu’un cancer pris trop tard réserve un avenir sombre à nos animaux.

Cheyletiellose

1) Cheyletiellose chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

La cheyletiella est une bête, un parasite faisant partie des acariens. Elle attaque souvent le pelage des chiots. Leur effet reste très désagréable pour les animaux et fort contraignant pour les traitements. Elles sont la cause de ce que nous nommons « le prurit » qui se trouve généralement le long du museau, de part et d’autre des oreilles et enfin le long de la colonne vertébrale.

2) Cheyletiellose chez le chien : symptômes

Comme toutes les autres acarioses, le pelage du chien sera atteint. Vous observerez alors de petits pellicules blanches, si votre chien est blanc, elles sont moins visibles que chez les chiens sombres. Sachez que dès les premiers signes observés, une consultation vétérinaire est de mise. Effectivement, la cheyletiellose est très contagieuse notamment chez les chiots. L’affection est également transmissible à l’homme (mais très vite traitable cependant). Elle engendrera dans ce cas une dermatite nommée prurigineuse.

3) Cheyletiellose chez le chien : traitement

Les traitements qui ont fait leur effet restes les antiparasitaires : sous forme de pipette, de bain, de poudre, de crème. Ces antiparasitaires traitent plusieurs parasites et ces dernières en font partie. Certains chiens, très sensibles peuvent également bénéficier, en association de ces antiparasitaires, d’antihistaminiques.
La prévention reste également de rigueur dans ce type d’affection.

Conjonctivite

1) Conjonctivite chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Le chien, tout, comme les hommes reste sujet à cette affection, que nous nommons « conjonctivite ». Ce trouble est une inflammation aux yeux. Il existe différentes conjonctivites du chien : des plus bénignes aux plus graves. Ce trouble peut être très peu dangereux mais peut évoluer très vite et devenir plus grave. Effectivement, la vision de votre animal peut en pâtir rapidement. Allergie, virus, inflammation du a un corps étranger … sont autant de causes déclenchant cette maladie.

2) Conjonctivite chez le chien : symptôme

Larme, écoulement de liquide suspect, rougeur, vascularisation, gonflement, rétrécissement de l’œil … restent tous les symptômes de la conjonctivite du chien.
La conjonctivite allergique affectera les deux yeux (nommée alors conjonctivite allergique bilatérale) de la bête, c’est l’urticaire provoqué qui en sera responsable. Cependant dans la plupart des autres cas, un seul œil sera touché. Si votre chien passe la tête dans la vitre ouverte de votre voiture, il a de forte chance d’être atteint, vent et corps étrangers peuvent atteindre l’œil.
Ce que nous nommons le blépharospasme reste un gonflement très visible, du bord des paupières des chiens
Si vous ne soignez pas l’animal, la muqueuse peut devenir granuleuse et la sécrétion provoquée par l’affection s’épaissira et deviendra visqueuse.

3) Conjonctivite chez le chien : traitement

Le vétérinaire fera rapidement un diagnostic, quel que soit le type de conjonctivite, des traitements existent pour toutes les formes d’affections. Première chose indispensable, quelques soit l’affection il faut nettoyer l’œil ou les yeux, le mieux reste l’utilisation de sérum physiologique.
Pour les troubles liés aux allergies, un traitement médicamenteux antihistaminique sera prescrit avec un vasoconstricteur, en cas de vascularisation.
En cas de conjonctivite chronique, le professionnel, cherchera la bactérie responsable, une fois trouvé, le traitement sera propre à l’élimination de cet agent bactérien.
Dans tous les cas, il ne faut pas que l’œil s’assèche, des pommades peuvent être également prescrites en cas de gonflement de la paupière.

Coup de chaleur

1) Coup de chaleur chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Le chien est un animal sensible, avec les chaleurs de l’été, il peut également souffrir de coup de chaleur. Ce dernier reste parfois minimisé par les propriétaires mais sachez qu’il peut entraîner la mort de votre animal. Cette affection est brutale dans des situations durant quelques secondes : il fait 35° C à l’extérieur, vous laissez votre chien dans la voiture en plein soleil…Il faut vraiment prendre conscience qu’en cas de chaleur il faut préserver nos animaux.

2) Coup de chaleur chez le chien : symptômes

Le coup de chaleur n’est ni plus ni moins, une hyperthermie, également associé au symptôme de la fièvre. Le corps n’arrive donc plus à réguler sa température. Sachez que le chien ne sue quasiment pas et qu’il n’a donc pas de moyen de refroidir son corps. Ainsi, il faut agir vite avant même de l’amener au vétérinaire : Serviette froide sur le corps, mettre l’animal dans une pièce plus fraîche, essayez de le faire boire. Ces petits gestes peuvent soulager ou parfois sauver l’animal

3) Coup de chaleur chez le chien : traitement

Pour sauver l’animal les gestes de premiers secours ne suffiront pas parfois. Le vétérinaire devra continuer de faire refroidir le corps du chien à l’aide d’une solution de ré-hydratation par intraveineuse, voire à l’aide de l’administration de corticoïdes pour éviter que le cerveau de l’animal ne pâtisse plus de ce coup de chaleur (cas extrême). Le spécialiste analysera aussi les fonctions cardiaques mais aussi rénales de votre compagnon afin de s’assurer que ces fonctions vitales ne soient pas atteintes.

Cystite

1) Cystite chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

La cystite est un dysfonctionnement de l’organisme, elle touche les chiennes en particulier qui ont un urètre court. Elle touche aussi les chien qui ont un dysfonctionnement de la prostate.
La cystite peut être définie comme une inflammation de la vessie s’accompagnant par une infection (plus ou moins grave) des urines. Il faut absolument et rapidement mettre fin à l’affection pour éviter qu’elle attaque les reins.

2) Cystite chez le chien : symptômes

Tous les symptômes sont visibles par le propriétaire du chien :
- Urine fréquentes
- Sang dans les urines
- Urine douloureuse
- Chien fatigué
Quel que soit le symptôme observé, il faut consulter rapidement afin de cesser l’infection.

3) Cystite chez le chien : traitement

Le vétérinaire vous donnera des médicaments permettant de faire évacuer les cristaux de sable dans les urines. Il donnera également des antibiotiques pour faire cesser l’infection. Il vous dira de beaucoup faire boire votre chien, afin de nettoyer l’organisme. L’alimentation du chien restera également à surveiller en évitant notamment le trop grand apport en sel.

Démangeaison

1) Démangeaison chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Les démangeaisons sont souvent associées à l’existence de puces sur votre chien. Cependant, la conclusion est trop facile et les démangeaisons peuvent être liées à d’autres causes, plus graves.
Si votre chien se gratte et que vous ne voyez aucune rougeur, aucune plaie, aucun sébum… il se peut que se soit l’existence de puces. Si toutefois vous observez autre chose existante sur la peau de votre animal, une consultation chez le vétérinaire s’impose.

2) Démangeaison chez le chien : symptômes

Les symptômes de démangeaisons anormales restent :
- Grattage intempestif
- Le chien se frotte, se roule sur le sol
- Présence de lésions
- Présence de substances anormales (blanches, jaunes)
- Présence de croûtes
- Pellicules abondantes

3) Démangeaison chez le chien : traitement

Puri, allergie aux parasites, allergie alimentaire, séborrhée, dépression nerveuse, stress … peuvent être les causes des démangeaisons. Il faut traiter toutes ses affections. A chaque trouble sera associé un traitement différent. Dans le cadre d’allergie il faudra en premier temps soulagé l’animal (antihistaminique et corticoïde), dans le cadre de lésions, il faudra surtout soignée la plaie et éviter les surinfections.

 Démodécie

1) Démodécie chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

La démodécie est une affection provoquée par les parasites, notamment les acariens. C’est par la multitude anormale de ces derniers que le chien déclenche cette affection qui faut absolument traiter. Vous observerez dans ce cas d’affection la perte de poils, la peau entamée de votre chien, un grattage intempestif.

2) Démodécie chez le chien : symptômes

Tous les symptômes qui peuvent vous alerter sont :
- La dépilation
- Pelage mité
- Points noirs
- Peau mâchée
- Lésions
- Piqûres rouges
Tous ses symptômes sont des signes de démodécie du chien. Afin de limiter le trouble il faut le traiter dès les premiers signes pour éviter les surinfections cutanées.

3) Démodécie chez le chien : traitement

Le vétérinaire diagnostiquera le stade de l’infection. Il prescrira l’application d’anti parasites à appliquer régulièrement ou des produits pour éliminer les parasites à frictionner sur le pelage de l’animal. Les lésions doivent être désinfectées et surveillées de près.
Afin que le trouble s’apaise, il faudra attendre 20 jours mais surtout entretenir la peau de l’animal en lui appliquant des antiparasitaires efficaces mensuellement. Le traitement peu durer jusqu’à 4 mois, si l’affection est étalée. Le suivi vétérinaire est très recommandé afin de suivre l’évolution de l’amélioration et à défaut d’administrer des médicaments plus efficaces.

Hypothermie

1) Hypothermie chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

L’hypothermie chez le chien se déclenche quand la température du corps n’est plus régulée, quand cette dernière descend en dessous des 38°C. Les signes principaux restent les tremblements. Nous savons que relever la température corporelle du chien reste difficile, les animaux bougent beaucoup dans ce trouble. Ainsi, mieux vaut lui apporter les premiers gestes de secours puis l’amener au vétérinaire

2) Hypothermie chez le chien : symptômes

Les signes ou symptômes sont visibles dans le cas de cette affection, ils restent :
- Tremblements
- Baisse significative de la température
- Oreilles très froides
- Animal blottit

La première chose à faire reste de frictionner le chien avec une serviette éponge, notamment si le pelage est humide. Le sèche-cheveux peut être également utilisé, cependant, certain chiens peuvent en avoir peur.

3) Hypothermie chez le chien : traitement

Le vétérinaire prendra la suite du réchauffement : envelopper l’animal dans une couverture chaude, repas chaud, protéger l’animal dans une pièce chaude (devant une source de chaleur par exemple).
Au bout de quelques heures, 2 ou 3 heures, la température est censée remontée progressivement. Vous observerez dans ce cas, votre chien, plus serein, ne tremblant plus et reprendre un comportement normal.

Hypothyroïdie

1) Hypothyroïdie chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Le trouble « hypothyroïdie » est une affection liée au dysfonctionnement des hormones. Beaucoup de chien en sont atteints. Les hormones thyroïdiennes jouent un rôle important pour l’organisme de l’animal, elles jouent un rôle de régulateur. Ces dernières se situent près du cou de l’animal. L’hypothyroïdie est un manque du nombre d’hormones thyroïdiennes, la maladie est semblable chez les humains. Il faut dans ce cas, réguler le nombre, le faire augmenter grâce à des traitements adaptés. Ainsi, une visite chez le vétérinaire s’impose.

2) Hypothyroïdie chez le chien : symptômes

Des signes peuvent vous alerter dans le cadre de cette affection :
- Troubles divers du comportement de l’animal
- Fatigue
- perte de poils
- Prise de poids
- Baisse d’activité physique

Si vous observez ces symptômes, il faut consulter un vétérinaire au plus vite.

3) Hypothyroïdie chez le chien : traitement

Après des analyses sanguines, un traitement hormonal sera administré au chien. Le but sera de rétablir l’équilibre hormonal de l’animal. Les traitements sont généralement à vie. Cette affection atteint les chiens âgés entre deux ans et six ans.

Incontinence urinaire

1) L’incontinence urinaire chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Tous les chiens peuvent souffrir à un moment de leur vie de l’incontinence urinaire. Tout comme les humains, c’est avec la vieillesse que ce trouble fait son apparition. Votre animal peut être propre toute sa vie et avoir une incontinence urinaire qui arrive progressivement : d’abord des fuites urinaires qui deviendront par la suite une incontinence totale. C’est un dysfonctionnement de sa vessie qui en est la cause . Ce trouble peut apparaître la nuit, le jour, sans que votre chien en soit conscient voire le sente. Surtout ne le réprimandé pas.

2) L’incontinence urinaire chez le chien : symptômes

Les causes de l’incontinence sont diverses, seul un professionnels du secteur pourra faire un diagnostic grâce à divers examen médicaux : échographie, radio, analyse de sang …
Prostate, vessie elle-même, intestins, système nerveux, tous ses éléments peuvent être les causes de l’incontinence de votre chien. Si votre animal à un dysfonctionnement de la prostate il peu subir une incontinence urinaire, dès ces cinq années.

3) L’incontinence urinaire chez le chien : traitement

Plusieurs traitements, suivant la cause peuvent être mis en place, comme :
- Les médicaments
- La rééducation
- La chirurgie
- Les injections
Seules les causes détermineront les traitements.

 Insuffisance rénale

1) Insuffisance rénale chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Tous les chiens peuvent souffrir de ce trouble, les plus vieux comme les jeunes suivant certaines anomalies. Le rein est un organe qui joue un rôle de filtre. Il filtre le sang et permet d’évacuer les toxines. Ils sont au nombre de deux. Une fois que le rein a trié les déchets, se sera à travers l’urine que ses déchets seront évacués. Lorsque les chiens sont atteints d’insuffisance rénale, le rein ne fait plus son travail et le chien est intoxiqué en quelque sorte. Il faut remédier à la situation rapidement. Cependant les symptômes de ce trouble peu-vent apparaitre une fois l’affection bien installée.

2) Insuffisance rénale chez le chien : symptômes

Les symptômes sont divers mais un symptôme relativement commun à toute les bêtes est un animal qui boit et urine beaucoup. Cet excès est significatif. D’autres symptômes peuvent vous alerter :
- Fatigue
- Vomissement
- Manque d’activité
- Perte d’appétit
- Perte de poids
- etc

Chaque symptôme peut être un signe, les trois quart du temps l’affection est prise en charge trop tard malheureusement.

3) Insuffisance rénale chez le chien : traitement

Après divers examens médicaux, le vétérinaire adaptera un traitement afin de limiter et de soigner les troubles gastro intestinaux. De plus il faudra aussi un traitement pour un supplément de fer. Les professionnels exigeront un régime alimentaire adapté : protéine d’excellente qualité, produit riches en oméga 3. Des anti inflammatoires peuvent être prescrits.

Insomnie

1) Insomnie chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Tous les chiens peuvent souffrir à un moment de leur vie de l’insomnie. Le cas le plus fréquent dans ce type de trouble reste le dérèglement biologique. Effectivement si votre chien est seul toute la journée, que son tempérament est fragile, il va tuer le temps en dormant et perdre alors un rythme normal. Ainsi, la nuit, il sera affecté par des insomnies. Le seul traitement dans ce cas est que votre chien retrouve une vie normale.

2) Insomnie chez le chien : symptômes

Les causes de l’insomnie peuvent être divers mais les symptômes reste : un chien qui est éveillé la nuit, qui joue, qui aboie, qui gémis, qui mange, qui a tout simplement une activité nocturne anormale. Si vous observez de tels troubles du comportement, c’est que votre chien est insomniaque et surtout qu’il faut combattre ce trouble. Pour cela, une visite vétérinaire s’impose.

3) Insomnie chez le chien : traitement

Les traitements sont divers et doivent absolument être prescrit ou conseillé par un vétérinaire :
- Médicaments agissant sur le comportement
- Médecines douces
- Massage
- Visites chez un comportementaliste
Les insomnies sont plus ou moins fortes, suivant le degré de l’affection, le vétérinaire adaptera le traitement. Cependant, un suivi devra être fait même si vous voyez que le comportement de votre chien s’améliore.

Insuffisance cardiaque

1) Insuffisance cardiaque chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Tous les chiens peuvent souffrir de ce trouble mais les chiens de petites tailles sont plus touchés, les insuffisances cardiaques sont un dysfonctionnement du cœur de l’animal qui ne joue plus son rôle de pompe. La régularité du circuit du sang n’est plus présente. La circulation du sang ne se fait plus correctement dans l’organisme du chien et l’affection doit être rapidement traité avant de perdre votre chien.

2) Insuffisance cardiaque chez le chien : symptômes

Les symptômes sont divers :
- Toux
- Fatigue
- Manque d’appétit
- Arrêt respiratoire
- Respiration anormale (essoufflement)
- Perte de poids
- Intolérance à l’effort
Tous ses symptômes doivent vous alerter et vous devez consulter un vétérinaire en urgence avant qu’il ne soit trop tard.

3) Insuffisance cardiaque chez le chien : traitement

Après divers examens médicaux, le vétérinaire adaptera un traitement afin de réguler la circulation du temps. Dans certains cas, une opération chirurgicale s’imposera. L’insuffisance cardiaque nécessite absolument un traitement à administrer tous les jours et à ne surtout pas oublié. Un suivi mensuel devra également être fait.

Insuffisance hépatique

1) Insuffisance hépatique chez le chien : qu’est-ce que c’est ?

Tous les chiens peuvent souffrir de ce trouble. Cette affection atteint le foie et diminue son rôle. L’organe atteint, son efficacité est quasi nulle. Le foie des chiens leurs permet d’éliminer les mauvaises choses pour l’organisme : graisse, produits toxiques… Il permet aussi au corps de gérer la digestion, la coagulation sanguine … C’est un organe vital, sans foie, un animal ne peut pas vivre. Ainsi, si ce dernier est affecté, votre chien encourt la mort.

2) Insuffisance hépatique chez le chien : symptômes

Les symptômes sont divers et à l’observation d’un d’entre eux, il faut absolument faire soigner votre chien :

- Baisse de poids
- Vomissements
- Ictère
- Diarrhée
- Fatigue
- Manque d’appétit
- Manque d’énergie, d’entrain
- Abdomen distendu
- Gencive irritée ou sanguinolente
Les symptômes sont rapidement visibles et doivent être expliqués au vétérinaire.

3) Insuffisance hépatique chez le chien : traitement

Après divers examens médicaux : échographie, analyse sanguine, radio… Le vétérinaire adaptera un traitement afin de soigner le foie et de mettre un terme aux troubles. En cas de vomissements, des anti vomitifs seront à donner. Des stimulants d’appétit peuvent être administrés. Des antibiotiques (si l’origine est bactérienne) ou des antipoisons ( si l’origine vient d’un produit toxique) seront également administrés.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.