Les plantes invasives

L’Homme a toujours introduit de nouvelles espèces et variétés dans les milieux qu’il cultive, pour des raisons alimentaires ou ornementales. En Europe, la plupart d’entre elles s’est bien acclimatée et fait partie aujourd’hui de nos paysages et de notre patrimoine.

On appelle plante invasive, toute plante introduite d’un autre milieu et qui peut engendrer des nuisances environnementales (notamment en se substituant aux espèces locales), économiques ou de santé humaine. Les plantes invasives, peuvent être sauvages ou d’origine horticole (buddleia, phytolaque, oxalis…). Le terme de plante envahissante que l’on retrouve également désigne quant à lui une espèce (exotique ou locale) à fort pouvoir de colonisation par croissance et/ou reproduction rapide.

Une plante peut être invasive dans certaines régions et pas dans d’autres. Ainsi, le mimosa (Acacia dealbata), est invasif dans le Sud de la France, où il dénature les milieux et accroit les risques d’incendie. Ailleurs, le climat interdit sa prolifération.

En France, l’arbre aux papillons (Buddleja Davidii) ou, pour les espèces sauvages, de l’ambroisie à feuille d’armoise (Ambrosia artemisiifolia), qui est la source de nombreuses allergies sont parmi les plantes invasives les plus connues. Certaines de ces plantes prolifèrent rapidement et posent de tels problèmes de santé publique que des plans de luttes sont organisés à l’échelle locale (de la commune à la région).

On estime par exemple que les allergies à l’ambroisie à feuille d’armoise ont coûté plus de 14 millions d’euros à la sécurité sociale en Rhône-Alpes en 2011 et de nombreuses actions d’arrachage y sont menées contre cette plante. Dans tous les cas, et malgré leur qualité esthétique, il est préférable d’éviter de les planter au jardin.

Ces plantes invasives constituent une menace pour la biodiversité en se développant au détriment d’espèces locales. Cependant, une fois largement installées leur éradication semble illusoire et certains scientifiques avancent que de nombreuses plantes aujourd’hui considérées comme indigènes sont en fait arrivées en tant qu’invasives, avant qu’un nouvel équilibre se crée.

Pour en savoir plus sur les plantes invasives, n’hésitez pas à consulter les sites web et les publications d’organismes locaux (conservatoires régionaux, ONF, agences de l’eau…), qui connaissent votre région, car une plante invasive dans une région peut ne pas l’être dans une autre. Pensez également à consulter les Bulletins de Santé du Végétal disponibles sur les sites des chambres d’agriculture et des DRAF de chaque région.

Eviter leur apparition

Vous ne souhaitez pas être envahis par les herbes indésirables dans votre jardin : plutôt que de les éliminer,  empêchez-les de se développer ! Agir en amont vous permettra de gagner du temps et d’éviter une colonisation incontrôlable.

Aristote disait : « La nature a horreur du vide. », et au jardin, force est de constater que la terre nue se retrouve vite recouverte d’herbes spontanées.

Couvrez le sol

Comme toute plante, les herbes spontanées ont besoin de lumière, de nutriments ou encore d’espace pour se développer. Pour empêcher la pousse de ces herbes, utilisez un paillage ou des plantes couvre-sol. En empêchant la lumière d’arriver au sol et en occupant l’espace, ils empêcheront les « mauvaises herbes » de se développer.

Soyez plus malins

Autre option : « tromper l’ennemi » grâce à la méthode du faux-semis : préparez votre sol puis éliminez les adventices avant de semer. Ainsi, vous préserverez vos cultures de la concurrence au moment où elles sont particulièrement vulnérables.

Limiter leur expansion

Si vous souhaitez éliminer des plantes indésirables dans votre jardin, l’usage de désherbants chimiques n’est pas inévitable! Découvrez les méthodes alternatives de désherbage utilisables au jardin.

Le désherbage manuel

Désherber à la main est une technique efficace dès lors que l’on agit tôt, dès l’apparition des premières herbes indésirables et sans attendre qu’elles fleurissent et produisent des graines. C’est d’autre part une méthode qui permet de sélectionner précisément les herbes à supprimer de celles à conserver! Et pour les herbes à racines profondes et développées, apprenez à couvrir le sol pour les épuiser.

Le désherbage thermique

A flamme, à infrarouges ou à eau chaude, découvrez le principe du désherbage thermique. Retrouvez aussi des conseils d’utilisation et de sécurité pour utiliser cette technique à bon escient et en optimiser l’efficacité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *