La nouvelle publication de Didier Raoult alerte sur l’existence d’un variant « marseillais »

Didier Raoult a publié ce jeudi sur son compte Twitter les données de l’Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille (IHU Méditerranée Infection) sur « le variant Marseille 4 » parmi de nouveaux variants découverts par l’IHU. Les experts de l’IHU ont identifié 2.106 cas d’infection par cette souche, entre le 1 er septembre et le 20 janvier.

Quelle différence entre le Sars-Cov classique et la variante marseillaise? « Une fréquence 40 plus élevée d’hypoxémie », estiment-ils. L’hypoxémie est la diminution de la quantité d’oxygène transportée dans le sang. La pression partielle en O2 diminue (synonyme généralement d’un mauvais échange entre les alvéoles pulmonaires et les capillaires sanguins).  Une dizaine de patients auraient développé une infection au variant marseillais plusieurs mois après une première infection. On peut en conclure que l’immunité liée à une première infection ne protège pas de ce variant.

Ce variant résiste-il aux vaccins ?

Cette mutation « se situe dans le domaine de la protéine Spike, qui est une cible majeure des anticorps neutralisants et des vaccins actuels », précisent les scientifiques marseillais qui pensent qu’avec les variants « anglais » et « sud-africain », « le variant « marseillais » devrait être considéré comme une variante majeure du Sars-Cov2″.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.