D’autre part nos petites usines internes personnelles produisent de nombreux déchets. Nous avons donc dans notre corps des déchets endogènes (que nous produisons) et des déchets exogènes (toxiques, polluants, solvants, médicaments, métaux lourds etc.) Ces déchets se trouvent dans le sang et les tissus. Ils doivent être éliminés sous peine de différents desordres et de graves maladies (y compris cancer, Parkinson, fibromyalgie, …)

Heureusement la nature est presque toujours bien faite et nous sommes équipés de processus enzymatiques complexes pour détoxifier notre organisme. La plupart d’entre eux se déroulent dans le foie (mais aussi dans le rein et l’intestin). Les produits issus de cette détoxification sont ensuite éliminés via l’urine.

Mécanisme de détoxification

Pour une fois, je vous passe les détails. Même si je m’étais bien amusée à l’époque à apprendre toutes les réactions biochimiques impliquées je ne suis pas sûre qu’il en sera de même pour vous.

Sachez seulement qu’il y a deux phases de détoxification dans le foie. La détoxification de phase I fait appel à plus de 30 enzymes différentes (cytochrome P450) situées dans la membrane cytoplasmique des hépatocytes (donc en très gros dans la  » peau  » des cellules du foie). Elles vont permettre de modifier, via des réactions d’oxydation, les toxiques en molécules intermédiaires qui peuvent être plus ou moins toxiques que la molécule de départ. Il est à noter que ces réactions produisent des radicaux libres qui sont dangereux (mais ce n’est pas le propos aujourd’hui).

Ces dernières molécules vont ensuite être converties dans la phase II en composés hydrosolubles (solubles dans l’eau) grâce à des conjugaisons avec des substrats hydrophiles. En gros et en barbare, des enzymes vont coller le toxique à une autre molécule qui aime l’eau et le produit final va donc être soluble dans l’urine.

Juste pour information, l’une des réactions de conjugaison la plus fréquente est celle impliquant l’acide béta-glucuronique, dérivé du glucose, et l’enzyme glucuronyl tranferase. Je vous avais déjà un peu parlé de cette dernière sur l’article des huiles essentielles pour les chats (pour rappel cette enzyme n’existe pas chez le chat ce qui fait que certains produits ne sont pas éliminés et peuvent être très toxiques pour eux, comme l’aspirine ou les huiles essentielles). Il existe d’autres réactions de conjugaison en particulier celles impliquant le gluthation, qui est l’antioxydant majeur de notre organisme et notre meilleur protecteur contre les radicaux libres (retenez son petit nom car je vous en parlerai souvent), et l’enzyme glutathion s-transferase.

Aider l’organisme à se détoxifier

Ce qu’il est important de comprendre c’est que ces processus d’élimination sont complexes et pas forcément rapides et qu’ils nécessitent plusieurs molécules apportées par notre alimentation. Or nous sommes en présence d’un nombre incalculable de toxiques qu’il faut éliminer rapidement et nous avons parfois une alimentation pauvre en précurseurs des molécules utiles. Le foie tourne souvent à plein régime mais l’accumulation de toxiques dans l’organisme est tout de même fréquente. Cette surcharge provoque de la constipation, des ballonnements, des problèmes digestifs, de la fatigue, de l’excès de mucosités, des problèmes de concentration et de mémoire, des maux de tête, des problèmes de peau (acné, eczéma etc.), des dépressions, une mauvaise haleine etc.

Il faut donc parfois lui donner un coup de pouce. La première chose à faire c’est de bien drainer en buvant beaucoup d’eau et de tisanes, essayer d’éviter le stress et la pollution (facile à dire), faire du sport et prendre régulièrement des bains (qui aide à éliminer par les pores de la peau, il est d’ailleurs conseillé de boire en prenant un bain pour éviter la déshydrations).

Ensuite, périodiquement il faut nettoyer le corps en profondeur (en particulier si vous (ab)usez de drogues comme le tabac, l’alcool, les médicaments etc.). Il existe des tas de méthodes différentes selon vos gourous préférés (jeûne, cure hydrique à base d’eau et de jus de fruits/légumes frais, cure de plantes dépurative, cure de jus d’aloe vera, cure de vinaigre de cidre, de jus de citron, bains dérivatifs etc.). La durée aussi est variable, 1 jour, une semaine, 3 semaines etc. C’est vraiment en fonction des sensibilités et des affinités de chacun. Mais le résultat sera souvent un meilleur état général, la pêche, un ventre plus plat etc.

Ma cure de détoxification

Elle est difficile à faire pour des non-belges car les produits ne sont pas faciles à trouver en dehors de la Belgique mais elle est vraiment efficace, j’ai été bluffée des résultats.

  • Sève de bouleau associée aux macérats glycérinés de bourgeons de bouleau et de cassis (1CS dans un verre d’eau)
  • Le complexe dépuratif de macérats glycérinés de bourgeons de pissenlit, romarin, genevrier et artichaut.  (20gtes dans le verre d’eau ci-dessus)

Je fais cette cure au printemps et à l’automne, le matin à jeun, pendant 3 semaines (jusqu’à la fin du flacon de sève de bouleau). J’associe à cela la prise régulière de tisanes ou de jus de légumes/fruits dépuratifs et/ou diurétiques et/ou cholagogues et de bains de plantes (enfin ça je dois dire je l’ai fait une fois, je m’ennuie dans un bain).

Les plantes intéressantes dans ce cas sont : la bardane, le bouleau, la bourrache, la chicorée, le chiendent, le cresson, la criste marine, le fenouil, la fumeterre, l’ortie, le pamplemousse, la pensée sauvage, le pissenlit , la prêle, la reine des prés, le thé vert, le tilleul etc.

Pour ce qui est du jeûne je le pratique souvent en tant normal (enfin c’est à dire que je mange très peu et que je peux passer facilement une journée sans manger).

Enfin après la cure je bois beaucoup de tisanes minéralisantes et des jus de légumes frais.