Il refuse catégoriquement que sa petite soit à coté d’un garçon et le fait savoir en harcelant le prof

Que sa fille soit placée à côté d’un jeune garçon ou qu’elle pratique certains sports étaient selon les dires du papa «incompatibles avec sa religion». Ce papa était jugé cette semaine pour intimidation et harcèlement sur la personne du professeur de sa fille qui fréquente une école à Thionville.

Le problème a débuté en 2019 lorsque ce parent d’une élève de CM2 avait appris que sa fille avait un garçon comme voisin de classe. Avec le temps les choses s’étaient envenimées suite à l’absence répétitive de la petite aux cours de piscine à cause d’un problème d’oreilles fictif, une absence signalée par le professeur. Le père rappelle à ce dernier en utilisant des propos véhéments qu’il était le seul titulaire de l’autorité parentale.

Plus tard la papa de la petite fille a critiqué le programme scolaire qu’il a jugé «incompatible avec sa religion». Selon lui, le contenu du programme scolaire ne mettait pas suffisamment les savants musulmans en valeur et faisait trop de place aux cathédrales. Il a même défendu ce point de vue devant le juge. A l’inspectrice d’académie, il avait également fait savoir qu’il restait «à l’affût du moindre écart» du professeur. Celui-ci, plusieurs fois pris à partie, avait donc pris peur et déposé plainte.

Le tribunal judiciaire de Thionville a précisé que le professeur ne demandait qu’un euro symbolique, en guise de réparation. Le parquet a quant à lui requis dix mois de prison avec sursis, mais aussi l’interdiction pour le père d’entrer en contact avec l’enseignant et de se présenter à l’école. Un suivi psychologique a également été demandé. La décision sera rendue le 9 mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.