Des squatteurs quittent la maison d’un monsieur de 86 ans en laissant derrière eux une facture d’eau de 100000 euros.

Les affaires de squats sont de plus en plus nombreuses et surtout plus médiatiques et représentent un véritable fléau en France, notamment à cause de la loi qui, insensée, protège les squatteurs.

Le jeudi 22 septembre 2022, Le Parisien a révélé une histoire incroyable. Un propriétaire âgé de 86 ans dont le bien était squatté depuis plus de quatre ans, a eu la mauvaise surprise de recevoir un courrier de Veolia. Lui réclamant la modique somme de… 100 000 euros de facture d’eau.

« Depuis 2009, que je fais ce métier, je n’ai jamais vu ça (…) Je n’ai jamais eu à traiter un litige pareil, car les factures d’eau laissées par les squatteurs dépassent rarement les 300 euros », a réagi l’avocat Raphaël Richemond. Et pour cause ! Si le fournisseur d’eau était au courant de la situation de ce propriétaire en détresse, cela ne l’a pas empêché de lui imposer le paiement de cette facture dont le montant est astronomique.

En 2018, le propriétaire a prévenu Veolia de la situation, leur demandant que « l’eau soit coupée, pour faire fuir les squatteurs », a confié son fils au journal français. Malheureusement, en vertu de la loi du droit de l’Homme à l’eau potable et à l’assainissement, la société avait refusé.

« En adressant cette mise en demeure à payer 100 000 euros à mon client, qui les avait pourtant prévenus qu’il était squatté, Veolia a fait preuve d’une pratique on ne peut plus brutale », a déclaré l’avocat de la victime.

Contacté, Veolia a apporté une réponse déconcertante : « Compte tenu de la situation dans laquelle le propriétaire se trouve, nous allons étudier la possibilité d’un geste commercial, et lui proposer un étalement de la dette »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.